Communique de presse

mer, 03/07/2019 - 13:26

Le samedi 22 juin 2019, ont eu lieu, sur l’ensemble du territoire de la Mauritanie, des élections présidentielles à l’occasion desquelles le Forum des Organisations Nationales des Droits de l’Homme (FONADH) a organisé une observation électorale, en collaboration avec le Groupe Thématique Droit de l’Homme et Démocratie (GTDHD) de la Plateforme des Acteurs Non Etatiques.

Cette opération a pu être réalisée sur l’ensemble du territoire du pays, grâce à un appui financier de l’Union européenne. L’observation a fait appel à la participation de 515 personnes, dont 435 observateurs.

Ces derniers étaient encadrés par 57 superviseurs, 15 coordonnateurs régionaux et 6 coordonnateurs nationaux. Pour la première fois dans l’histoire politique de la Mauritanie, toutes les communes du pays ont fait l’objet d’une observation électorale.

Outre les observateurs, les bureaux de vote ont fait l’objet d’une visite des 57 superviseurs départementaux, des 15 coordonnateurs régionaux et des 6 coordonnateurs nationaux.

Au total 2469 bureaux de vote ont fait l’objet d’une observation systématique ; soit, 65% de l’ensemble des bureaux de vote sur le territoire national.

L’observation pré électorales a révélé (i) une révision partielle des listes électorales, (ii) une composition de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) non consensuelle, (iii) une campagne électorale sans heurt, mais aux moyens très inégalement répartis entre les candidats. Ces éléments feront l’objet d’un développement dans le rapport final.

Le jour du scrutin, nous avons observé :

• une participation importante du corps électorale (taux supérieur à 60 %) ; un véritable engouement de la population mauritanienne ;

• une journée électorale globalement calme ;

• quelques disfonctionnements imputables en grande partie à l’organisation de l’administration électorale et à l’insuffisance de la formation des agents électoraux.

D’autres constats ont amenuisé l’efficacité de l’opération. Il s’agit, entre autres :

○ des changements de localisation des bureaux de vote, survenus au dernier moment, sans un système fiable d’information des électeurs ; ce qui n’a pas manqué de désorienter les électeurs créant des désagréments aux électeurs concernés ;

○ une insuffisante formation des agents de bureaux de vote et des représentants des candidats ;

○ une certaine lenteur des opérations due à la pratique de distribution des cartes d’électeurs le jour du scrutin même.

Toutefois, ces disfonctionnements du jour du vote, ne sont pas de nature à porter atteinte à la sincérité du scrutin.

Le suivi du contentieux fera également l’objet d’une analyse dans le rapport final.

Le FONADH et le GTDHD, tout en se félicitant de la relative bonne tenue du scrutin, recommandent aux autorités administratives et électorales d’examiner les conclusions et recommandations contenues dans le rapport de l’observation électorale, en vue d’une meilleure tenue des prochaines échéances.

Nouakchott, le 25 juin 2019

Le Secrétaire exécutif

Mamadou Moctar Sarr